À propos

Qui est Albina, captive d'une phrase qu'un curieux voyageur adresse à Jonas, chaque jour, dans le train de banlieue qui mène ce dernier au travail ? Au bout de neuf mois de monologue où se mêlent fantasmes et déceptions, Jonas va comprendre que cette phrase sibylline donne sens à sa propre histoire. À celle de sa femme aussi, Ada, prise dans le même tourbillon imaginaire où chacun reste obstinément obscur à l'autre. Après Les soleils rajeunis, Changement de cavalière et Clichy sur Pacifique, Anne Bragance mêle ici les cartes du réel et du rêve. En sort un jeu aigu, fouillé, troublant, dans lequel nous entrons peu à peu. Valse noire que nous sommes bientôt seuls à danser.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Anne Bragance

  • Éditeur

    Seuil (réédition numérique FeniXX)

  • Distributeur

    ePagine

  • Date de parution

    09/10/2015

  • EAN

    9782021255355

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    190 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    256 Ko

  • Diffuseur

    FeniXX

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

    3.0

Navigation

Table des matières adaptable Un sommaire est présent dans le contenu du livre, ce qui permet de l'utiliser avec un affichage adapté.
Référence à la pagination du livre imprimé Le livre peut être utilisé en complément de sa version imprimée, la pagination de référence étant préservée.

Anne Bragance

Anne Bragance, née en 1945 à Casablanca, a grandi dans un milieu cosmopolite où se mélangent le français, l'espagnol, l'italien et l'arable. Arrivée en France à l'âge de seize ans, elle publie à vingt-huit son premier roman, Tous les désespoirs sont permis. Elle vit aujourd'hui dans le sud de la France et est l'auteure, à ce jour, de plus d'une trentaine de livres. Elle a reçu le prix Chronos pour deux d'entre eux, La Reine nue (Actes Sud, 2003) et Passe un ange noir (Gallimard, 2010).

empty