À propos

C'est l'aube. L'air est doux. Le vieux Simm et son chien Bic traversent un village encore endormi. Brusquement, un volet claque, et la façade de l'hôtel Splendide s'illumine d'un visage inconnu - la rencontre est fugitive, immense et joyeuse.
Mais soudain les murs se lézardent et tout bascule dans un tremblement de terre. Dans les ruines, au milieu des cris et des larmes, Simm veut retrouver le jeune étranger avec lequel il a échangé un regard quelques secondes avant le drame. Dans la folie qui suit le séisme, il gesticule, crie, tire les sauveteurs par le bras. Là, il est là ! Il l'a vu...
Ce roman poétique mélange plusieurs formes d'écritures : poèmes, dialogues théâtraux, scénario de cinéma. Et la magie opère...


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Andrée Chédid

  • Éditeur

    Flammarion

  • Distributeur

    Flammarion

  • Date de parution

    18/12/2013

  • EAN

    9782081305861

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    256 Ko

  • Diffuseur

    Flammarion

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

    2.0.1

Navigation

Table des matières adaptable Un sommaire est présent dans le contenu du livre, ce qui permet de l'utiliser avec un affichage adapté.
Référence à la pagination du livre imprimé Le livre peut être utilisé en complément de sa version imprimée, la pagination de référence étant préservée.

Andrée Chédid

Andrée Chedid (1920-2011), écrivaine égyptienne d'origine syro-libanaise née au Caire, s'installe en France en 1946 et publiera dès lors son oeuvre en français. Romancière ("La Cité fertile"), nouvelliste, dramaturge et surtout poétesse ("Texte pour la terre aimée", "Fraternité de la parole".), elle reçoit d'importants prix littéraires, dont le Prix Louise Labé (1966), l'Aigle d'or de la poésie (1972), le Goncourt de la nouvelle (1979), et le Goncourt de poésie (2002). Elle engendre une lignée de musicien·nes (Louis, Matthieu dit « M » et Émilie Chedid) et laisse en héritage un riche matrimoine littéraire francophone.

empty