À propos

Aujourd'hui, en France, on tue pour quelques euros. Le marché du cannabis génère plusieurs milliards d'euros de chiffre d'affaires. L'argent facile dans un monde en crise, attire des jeunes prêts à tuer... Comment en sommes-nous arrivés à cette folie ?
Après trente années d'abandon du politique dans les banlieues, Stéphane Gatignon, maire de Sevran, et Serge Supersac, ancien flic de terrain, donnent les raisons de ce chaos. Rester dans la logique actuelle, c'est s'acheminer vers une véritable guerre des gangs. Pour en finir avec les dealers, il faut sortir de la prohibition. La délinquance surmédiatisée, les enjeux de santé publique et d'économie, doivent inciter à agir avant qu'il ne soit trop tard.


Rayons : Littérature > Biographie / Témoignage littéraire > Témoignages


  • Auteur(s)

    Stéphane Gatignon, Serge Supersac

  • Éditeur

    Grasset

  • Distributeur

    ePagine

  • Date de parution

    06/04/2011

  • Collection

    Essai

  • EAN

    9782246783602

  • Disponibilité

    Disponible

  • Diffuseur

    Hachette

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

Navigation

Table des matières adaptable Un sommaire est présent dans le contenu du livre, ce qui permet de l'utiliser avec un affichage adapté.
Navigation logique La voix de synthèse lira les éléments dans un ordre logique déterminé par l'éditeur ou l'auteur.
Navigation logique entre les chapitres La structure du livre sera correctement interprétée par les dispositifs de lecture.

Stéphane Gatignon

Stéphane Gatignon, membre de EELV, est maire de Sevran et conseiller régional d'Ile-de-France.

Serge Supersac

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Serge SUPERSAC a passé l'ensemble de sa carrière au service de l'État d'abord comme militaire puis en tant que policier. Lorsqu'il débute sa mission de gardien de la paix en Seine-Saint-Denis, la loi de prohibition vient d'être votée, il est confronté à la consommation d'héroïne qui tue les « Junkies » en quelques mois. Dans les quartiers alors, le tissu associatif fait la chasse aux « dealers ». Au fil du temps, ce qui était pourtant une évidence : la lutte contre la toxicomanie, devient problématique.
Le travail de la police n'a pas d'effet sur la toxicomanie puisqu'elle concentre ses efforts sur les trafics sans toutefois parvenir à stopper les flux de produits stupéfiants. Tous les policiers sont alors mobilisés à
tous les niveaux pour saisir les produits et neutraliser les filières.

empty