Simenon et la justice ; bibliothèque Simenon Tome 2

,

À propos

De Maigret aux assises à Lettre à mon juge, des Inconnus dans la maison à La tête d'un homme, aux Témoins ou à Cour d'assises, l'oeuvre de Simenon parle de justice, entendue comme institution mais aussi comme rapport interne entre les hommes.
L'auteur n'est pas tendre envers le personnel judiciaire qui semble s'acharner à ne pas comprendre le propre de ces hommes qui dévient, qui tentent de s'affranchir des contours qui les déterminent trop étroitement. Pour Simenon, il faudrait « comprendre et ne pas juger ». Pourtant, il n'est pas rare de voir le commissaire Maigret se poser comme critère du juste !
Les « petites gens » de Simenon, garants d'une authenticité que le vernis mondain altère, et auxquels le meurtre seul permet d'exister, semblent pressés de se débarrasser d'eux-mêmes, de cette étrangeté qui les habite. Seuls face à leurs juges, ils sont seuls face à eux-mêmes, condamnés à une impossible reconnaissance. L'échec qui sanctionne leur aspiration à une vie nouvelle semble leur présenter comme unique alternative le crime ou le suicide.
Avec eux, Simenon lève une partie du voile tragique de l'existence, et cet aperçu donne à ses romans une profondeur inattendue, que Gide avait très précisément perçue.


Rayons : Littérature > Littérature argumentative > Essai littéraire


  • Auteur(s)

    Christian Guéry, Alexandra Fabbri

  • Éditeur

    Belles Lettres

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Date de parution

    08/02/2017

  • Collection

    Encrage

  • EAN

    9782251446455

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    23.5 cm

  • Largeur

    16.7 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    360 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty