À propos

Durant deux ans, une commission d'enquête parlementaire belge a tenté d'élucider les responsabilités de Bruxelles dans l'assassinat du premier ministre congolais Patrice Lumumba, en juillet 1960. Dans cet opuscule dense et limpide, Colette Braeckman commente les conclusions, trop prudentes à ses yeux, de cette commission. Si la responsabilité morale des autorités belges est établie de manière « irréfutable », des zones d'ombre demeurent : l'implication américaine, le contexte international, les ressorts profonds de la haine distillée contre Lumumba dans la métropole. Malgré ces limites, le rapport officiel a le mérite d'établir l'essentiel des faits et montre que les plus hautes autorités de l'Etat belge ont, a minima, encouragé un véritable crime d'Etat. Pour Colette Braeckman, les conséquences historiques de cet assassinat se font sentir jusqu'à nos jours dans le Congo-Kinshasa en guerre. L'ouvrage reproduit en outre trois documents : les conclusions de la commission d'enquête, le fameux discours de Lumumba dénonçant devant le roi Baudoin les méfaits de la colonisation belge et un témoignage exceptionnel sur les dernières paroles du leader nationaliste assassiné.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Vie politique dans le monde


  • Auteur(s)

    Colette Braeckman

  • Éditeur

    Aden Belgique

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Date de parution

    08/04/2009

  • EAN

    9782805900259

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    112 Pages

  • Longueur

    17 cm

  • Largeur

    11.5 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    104 g

  • Lectorat

    Tout public

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Colette Braeckman

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Spécialiste de l'Afrique pour le journal Le Soir, auteure de nombreux livres,
Colette Braeckman a fait du reportage de terrain, aux cotés des grandes
et petites gens, sa marque de fabrique. Une authentique exploratrice des
âmes et de la culture rwandaises.

empty